• Rivalis

Témoignage : Laurent Barranger - Conseiller Rivalis (Loire) donne son avis


« J'ai plus appris en 4 ans de chef d'entreprise qu'en 20 ans dans des grands groupes»

Avant Rivalis, Laurent était ingénieur généraliste puis est devenu le bras droit de patrons de grandes sociétés. Bien que le profil de Laurent le destinait à finir sa carrière à Paris, ce n’était pas le projet de vie qu'il souhaitait.

« Depuis tout petit, j’ai toujours rêvé de créer ma boîte (…) et Rivalis m’a donné l’idée. »

La vie quotidienne du Conseiller consiste à assurer le suivi mensuel de ses clients et à se consacrer à la prospection. Laurent développe principalement son business au sein de réseaux d’affaires professionnelles.


D'après le Conseiller, les clients souhaitent principalement atteindre une trésorerie nette positive et recherchent de la sérénité.

«Rivalis a su s’adapter aux besoins des TPE essentiellement grâce à l’accompagnement humain du Conseiller»

Laurent partage une de ses expériences clients :

- La première année, les résultats de l’entreprise ont triplé - La deuxième année, le client a pu investir dans de nouveaux locaux, des machines et est devenu propriétaire

- Actuellement, un projet de rachat d’entreprise est mis en route, visant le 1 million d’euros de C.A contre 150 000€ au démarrage de l’accompagnement Rivalis.

« J’ai plus appris en 4 ans de chef d’entreprise qu’en 20 ans dans des grands Groupes »

Pour Laurent, le métier de Conseiller Rivalis est enrichissant par sa dimension intellectuelle et humaine. Le Conseiller ne connaît pas la routine et a retrouvé un équilibre de vie professionnelle–personnelle.

« Avant, il m'était impensable de prendre 12 semaines par an »


Voici la transcription intégrale de l'interview


Laurent Barranger, Conseiller Rivalis depuis 2013, j'accompagne les dirigeants de petites sociétés sur Firminy à côté de Saint-Etienne. Avant Rivalis, j'avais un profil ingénieur généraliste et j'avais fait toute ma carrière en tant que salarié dans des grands groupes, d'abord dans le consulting pendant 7 ans et après, à des postes de bras droit de patrons de division en charge de projets trans verses et stratégiques, dans des grandes sociétés de grandes distribution. Alors comment je suis devenu Conseiller Rivalis ? En fait, comme j'ai souvent l'habitude de le direj'avais le rêve depuis tout petit de créer ma boite, mais je n'avais ni l'idée ni le courage, en gros Rivalis m'a donné l'idée, les circonstances de la vie m'ont donné le reste, vu que vu mon profil j'étais condamné à finir ma carrière sur Paris, ce n'était pas forcément mon projet de vie personnel. Ma vie de conseiller au quotidien comment ça se passe ? Eh bien en fait je dirais que ma priorité c'est déjà d'assurer le suivi mensuel de mes clients et après le temps qu'il me reste, je le consacre à la prospection, sachant que moi personnellement je fonctionne principalement au sein de réseaux d'affaires professionnels, c'est comme ça que je développe mon business. De quoi mes clients ont le plus besoin ? J'aurais tendance à dire, ça dépend, chaque cas est particulier mais principalement ça tourne beaucoup autour de la sérénité et de la trésorerie et donc c'est dans ce cadre-là que Rivalis est très très bien adapté parce que au delà de la méthodologie qui leur permet d'améliorer la rentabilité de leur entreprise et donc à terme d'améliorer leur trésorerie, il y a aussi l'accompagnement humain du Conseiller, qui est à ses cotés, qui l'écoute, et qui est très très apprécié également par les clients. Je partagerai peut-être l'expérience d'un de mes clients que j'accompagne depuis trois ans ; la première année en l'espace de six mois, on a triplé son résultat, la deuxième année, il a pu investir dans des locaux, maintenant il est propriétaire alors qu'il était locataire et il a investi dans des machines également, et au jour d'aujourd'hui on est en train de travailler sur un projet de rachat d'entreprise qui lui permettrait, si ça se concrétisait, d'atteindre le million d'euros de chiffre d'affaires là où il a démarré avec moi il faisait à peine 150 000 euros de chiffre d'affaires à l'année. Aujourd'hui j'ai le sentiment d'avoir appris plus en trois-quatre ans de chef d'entreprise qu'en vingt ans d'expérience passée en tant que salarié dans mes grands groupes, même si sur le papier j'avais un CV intéressant mais c'est vrai que c'est un métier super enrichissant humainement, intellectuellement, il n'y a pas de place à la routine, il n'y a pas de journées qui se ressemblent, donc voilà je prends vraiment mon pied et puis en plus ça m'a permis de retrouver un équilibre vie pro, vie perso, parce que les 12 semaines par an que je prends grâce à cette activité, il était impensableque je puisse ne serait-ce que l'envisager en tant que salarié précédemment.

182 vues